Research Summary

Le cadre de vie des garçons et des hommes de couleur : Modèle de changement systémique et communautaire

2015

Le cadre de vie des garçons et des hommes de couleur : Modèle de changement systémique et communautaire

3 weeks ago 3 weeks ago Published by
YouthREX Research Summaries ask Just Six Questions of research publications on key youth issues. These summaries get at what the youth sector needs to know in two pages or less!

1. Sur quoi cette recherche porte-t-elle?
Les personnes de couleur sont confrontées à une discrimination systémique qui crée souvent des obstacles à un engagement concret à l’école, au travail et dans d’autres institutions. Les garçons et les jeunes hommes de couleur, en particulier, sont souvent renvoyés de l’école pour des violations mineures du règlement, n’ont que peu de perspectives d’emploi et sont poussés à entrer dans le système de justice pénale. Les communautés et les organisations sans but lucratif ont réagi à ces injustices en s’efforçant de galvaniser les communautés, de résister à la discrimination raciale et de créer de nouvelles perspectives en s’engageant dans un travail de changement des systèmes locaux et étatiques. Cet article détaille les expériences de diverses organisations qui préconisent le changement afin de mieux soutenir les garçons et les hommes de couleur.

2. Où la recherche a-t-elle eu lieu?
Cette recherche examine des exemples d’organisations travaillant dans différents contextes un peu partout aux États-Unis, notamment en Californie, à New York, à la Nouvelle-Orléans et au Colorado.

3. Sur quoi cette recherche porte-t-elle?
Cette recherche porte sur les organisations qui soutiennent les garçons et les jeunes hommes de couleur, que les auteurs définissent comme étant Noirs, Latinos, Asiatiques ou Autochtones.

« Le renforcement de l’engagement authentique des jeunes est une stratégie puissante pour favoriser le changement de politique, mais le développement de cette capacité ddemande beaucoup de travail et de temps. Ce renforcement implique bien plus que la simple organisation d’activités de formation; il faut travailler avec les jeunes au fil du temps pour ancrer une compréhension du gouvernement, des systèmes, des préjugés et de la manière dont le changement et la réforme se produisent » (p. 111)

4. Comment la recherche a-t-elle été faite?
Les auteurs ont réfléchi à leurs expériences de travail au sein de PolicyLink, une organisation sans but lucratif, ainsi qu’aux expériences d’autres organisations effectuant un travail similaire, afin de faire connaître les pratiques fondées sur des preuves qui ont réussi à créer un changement.

5. Quelles sont les principales constatations?
Les chercheurs résument en quatre points clés leurs observations sur ce qu’il faut faire pour intervenir auprès des hommes et des garçons de couleur et œuvre en leur nom :

a) Adopter une démarche axée sur l’impact collectif
Les interventions portant sur une seule question (par exemple, l’amélioration du niveau de lecture en troisième année) ou sur un seul système (par exemple, la justice juvénile), bien que nécessaires, ne sont PAS suffisantes pour apporter de véritables changements. L’approche « du berceau à la carrière » semble plus efficace. Le soutien aux garçons et aux hommes de couleur doit s’appliquer à l’ensemble des systèmes et des problèmes, en faisant appel à de multiples organisations et disciplines. Citons en exemple le projet de la ville de New York nommé Young Men’s Initiative, qui vise à réduire les inégalités pour les jeunes hommes noirs et latinos et œuvre de concert avec 20 organismes municipaux et plus de 200 organisations communautaires.

Bien que ce ne soit pas encore la norme, les collaborations philanthropiques pourraient aider les organisations travaillant dans différents secteurs à convenir de résultats communs et d’un processus simplifié pour obtenir du financement et rendre compte des résultats des programmes.

b) Les projets qui produisent des effets concrets sont généralement complexes et se déroulent sur une longue période. Il est essentiel d’avoir des intermédiaires à différents niveaux afin d’accroître les capacités et l’incidence des politiques pour assurer leur réussite.
Les intermédiaires peuvent fournir un soutien « de base » et servir de rassembleurs et de facilitateurs en regroupant plusieurs parties prenantes qui espèrent collaborer pour accroître leur efficacité. L’organisme California Alliance for Boys and Men of Color est un bon exemple; PolicyLink sert d’intermédiaire à cette alliance, en reliant les acteurs à l’échelle de l’État pour faire pression en faveur d’un changement de politique. Au cours des quatre dernières années, ils ont participé à l’adoption de plus d’une trentaine de nouveaux projets de loi en plus de plaider en faveur de la réforme des prisons, de l’instauration de pratiques réparatrices dans l’éducation et d’autres questions importantes.

c) Les garçons et les jeunes hommes de couleur étant touchés de manière disproportionnée par de multiples formes de discrimination, d’adversité et de traumatisme, l’utilisation de pratiques culturellement pertinentes tenant compte des traumatismes peut améliorer leur bien-être individuel, ainsi que les résultats au niveau du système.
Le bien-être des jeunes de couleur est inextricablement lié à la façon dont ils se sentent enracinés dans leurs propres identités, valeurs et pratiques culturelles. Comme le racisme a fracturé celles-ci dans de nombreuses communautés racialisées, la guérison peut dépendre de la (re)construction de liens avec l’identité culturelle.

Il est essentiel de noter que si ces pratiques (comme les cercles de guérison) ne sont pas mises en œuvre de manière réfléchie, elles peuvent fait plus de mal que de bien. La facilitation de ces pratiques doit garantir que la culture et le contexte sont bien intégrés et que les questions de pouvoir sont traitées comme il se doit.

Les personnes qui travaillent au sein des systèmes au service des jeunes doivent également s’engager dans leur propre guérison, car elles sont souvent « marquées » (p. 108) par la façon dont elles interagissent avec les jeunes et les communautés. Pour les intervenants jeunesse, cette guérison consiste à changer la relation entre les institutions dans lesquelles ils travaillent et les jeunes qu’ils servent. Par exemple, la guérison spirituelle et le rétablissement de l’humanité des gens est à la base de tout le travail de la San Joaquin County Alliance for Boys and Men of Color, qui cible les politiques et les pratiques qui maintiennent le « pipeline » menant de l’école à la prison. Ils ont réussi à obtenir d’une commission scolaire qu’elle cesse d’utiliser la « défiance délibérée » (p. 108) comme motif de suspension des élèves, car cette façon de faire avait des conséquences disproportionnées pour les garçons de couleur.

d) Pour apporter des changements notables et durables, il est essentiel de réformer les politiques, et ces réformes doivent impliquer activement les jeunes hommes et les garçons.
Les personnes les plus touchées par un problème devraient être à l’origine des réformes visant à le résoudre. Un bon exemple est la campagne End the School-to-Jail Track au Colorado, où les parents et les jeunes ont été mobilisés par le biais d’ateliers sur la connaissance de leurs droits et de groupes de parents proposés par Padres & Jóvenes Unidos (PJU), l’organisme qui a coordonné la campagne. Les parents et les jeunes ont ensuite rassemblé des exemples de répercussions néfastes des politiques de tolérance zéro sur la vie des jeunes et ont utilisé ces informations pour faire pression en faveur du changement. Puisque PJU a réussi à faire participer des jeunes de couleur, ces étudiants ont fini par diriger la campagne; ils ont assisté aux négociations politiques et ont exprimé leurs intérêts et leurs préoccupations.

Les communautés ne sont pas toutes forcément prêtes à se lancer pleinement dans l’action, et les organisations qui espèrent travailler avec des hommes et des garçons de couleur doivent être prêtes à renforcer leurs capacités et à s’engager à partager la propriété de tout effort organisé avec les participants. L’engagement authentique des jeunes demande beaucoup de temps et d’efforts; un événement ponctuel ne suffit pas, et une culture de l’engagement et de la défense des intérêts doit être édifiée de concert avec les jeunes et les communautés au fil du temps pour bien faire comprendre comment le changement se produit. Les jeunes ont besoin de croire que le changement est possible et qu’ils peuvent eux-mêmes y contribuer. Les personnes qui organisent des activités avec les jeunes doivent s’efforcer d’inculquer cette conviction dans leur travail.

6. Pourquoi cette recherche est-elle si importante pour les interventions auprès des jeunes?
Pour les personnes qui œuvrent auprès des hommes et des garçons de couleur, cette recherche appelle à la collaboration et à la coordination entre les organisations, les secteurs et les institutions. Pour véritablement changer les conditions qui façonnent les perspectives qui s’offrent aux jeunes de couleur, ceux qui s’investissent dans l’amélioration des résultats doivent adopter une approche collective au lieu de travailler en vase clos. Bien que les programmes et les soutiens individuels destinés aux jeunes soient importants, le fait de travailler à la réforme des politiques en partenariat avec les jeunes peut, en fin de compte, transformer les systèmes pour mieux soutenir les garçons et les hommes de couleur. En outre, les intervenants jeunesse qui le veulent peuvent renforcer la capacité des jeunes à s’engager dans la défense de leurs droits par le biais de programmes qui renforcent intentionnellement les compétences organisationnelles et qui abordent les questions que les jeunes jugent importantes.

Philpart, M., & Bell, J. (2015). The boys and men of color framework: A model for community and systems change. The Foundation Review, 7(3), 98-114. http://scholarworks.gvsu.edu/tfr/vol7/iss3/9d

Categorised in: