Research Summary

Un cadre pour les traumatismes liés à la race dans le système d’éducation publique et leurs conséquences sur la santé des jeunes Noirs

2019

Un cadre pour les traumatismes liés à la race dans le système d’éducation publique et leurs conséquences sur la santé des jeunes Noirs

11 months ago 11 months ago Published by
Les résumés de recherche de YouthREX posent seulement six questions concernant les publications de recherche portant sur les principaux problèmes des jeunes. Ces résumés font le tour de ce que le secteur de la jeunesse doit savoir en quelques pages seulement!

1. Sur quoi la recherche porte-t-elle et pourquoi est-elle si importante?
Le racisme comprend à la fois le micro-niveau (c’est-à-dire les interactions individuelles) et le niveau macro (c’est-à-dire les structures et symboles institutionnels) qui perturbent le bien-être des jeunes racisés. Le traumatisme lié au racisme est « une interaction négative, continue ou quotidienne, avec des actes de racisme institutionnels, symboliques et individuels ». (p. 927) Peu d’études se penchent sur le racisme en tant que forme de traumatisme, notamment dans le système d’enseignement public.

La présente recherche propose un cadre qui vise (1) à améliorer la compréhension des traumatismes liés à la race; (2) à reconnaître les forces du racisme aux niveaux micro et macro; et (3) à comprendre à quel point l’aliénation, la discrimination et la violence peuvent être dommageables pour les jeunes Noirs dans le système d’éducation publique.

2. Où la recherche a-t-elle eu lieu?
La recherche s’appuie sur la littérature américaine en matière d’éducation, de sciences sociales et de santé publique.

3. Sur quoi cette recherche porte-t-elle?
La présente recherche porte sur les jeunes Noirs aux États-Unis. Sur la base d’un certain nombre d’indicateurs de santé mentale, dont la dépression, l’anxiété et les taux de suicide, cette population représente l’un des groupes les plus vulnérables des États-Unis. Par rapport à leurs pairs, et en raison du traumatisme lié à la race, les jeunes Noirs sont également plus susceptibles d’être suspendus, d’être placés dans des programmes d’éducation spécialisée et d’avoir affaire au système de justice pour mineurs.

« L’atténuation des traumatismes liés à la race commence par la mise en place d’une culture scolaire qui valorise les réalités culturelles des jeunes issus de la diversité raciale, met en cause des pratiques transparentes et intègre les familles et les membres de la communauté dans la gouvernance et la prise de décision » (p. 931).

4. Comment la recherche a-t-elle été faite?
Les auteurs ont effectué une revue de la littérature afin d’examiner les incidences de l’aliénation, de la discrimination raciale et de la violence dans le système d’éducation publique sur le bien-être des jeunes Noirs. L’étude visait aussi à établir des liens entre les forces du racisme aux niveaux micro et macro, et les résultats scolaires et sanitaires des jeunes Noirs.

5. Quelles sont les principales constatations?
Sur la base de leurs résultats, les auteurs ont élaboré un cadre pour les traumatismes liés à la race dans le système d’éducation publique (Figure 1), qui démontre l’interaction entre les forces du racisme au niveau micro et macro. Ce cadre donne à penser que les forces de niveau macro contribuent à la dévalori­sation des populations raciales diverses, tandis que les forces de niveau micro entraînent des dommages psychologiques et physiques plus directs par l’aliénation, la discrimination et la violence.

Figure 1. Un cadre pour les traumatismes liés à la race dans le système d’éducation publique et leurs conséquences sur la santé des jeunes Noirs

Ce cadre peut révéler des liens de causalité entre les forces du racisme aux niveaux micro et macro, et leurs effets sur le bien-être des jeunes Noirs dans le système d’éducation publique. Bien que le cadre puisse aider à déterminer la présence de traumatismes liés à la race, les solutions doivent commencer par des améliorations du climat culturel d’une école, telles que :

  • Former les éducateurs et le personnel scolaire pour qu’ils soient en mesure de répondre aux divers besoins des jeunes.
  • Mettre en œuvre de pratiques collaboratives et réparatrices avec les familles et les communautés.
  • Remettre en question les politiques et les procédures qui excluent les jeunes Noirs.

Un climat scolaire inclusif est un climat qui valorise les réalités culturelles de divers jeunes, favorise la transparence et fait participer les familles et les membres de la communauté à la gouvernance et à la prise de décision.

Par exemple, ce cadre peut servir à modifier les politiques de suspension des écoles en (1) promouvant des pratiques collaboratives et réparatrices; (2) en mettant en œuvre des stratégies de désescalade; et (3) en améliorant la représentation et la sensibilité culturelle (voir p. 930-931).

6. Pourquoi cette recherche est-elle si importante pour les interventions auprès des jeunes?
Ce cadre peut constituer un outil important pour comprendre et répondre au racisme anti-Noirs dans un système d’éducation publique. Les auteurs soulignent que les difficultés économiques et la rotation du personnel peuvent constituer un obstacle à la conception et à la mise en œuvre de stratégies d’intervention efficaces dans les écoles. Au lieu de s’appuyer sur les ressources économiques, les auteurs affirment donc que les écoles devraient d’abord s’attacher à changer le climat et la culture de l’établissement.

Ce cadre est hautement transférable à d’autres contextes du secteur de la jeunesse, tels que les organismes et groupes de jeunes. Les praticiens peuvent utiliser ce cadre pour déterminer et traiter les impacts des traumatismes liés à la race, et pour établir des interventions qui favorisent le bien-être des jeunes Noirs et des autres jeunes racisés.

Henderson, D. X., Walker, L., Barnes, R. R., Lunsford, A., Edwards, C., & Clark, C. (2019). A  framework for race-related trauma in the public education system and implications on health for Black youth. Journal of School Health, 89(11), 926-933.

Categorised in: